FASSIANOS

LITHOGRAPHIE signée et numérotée 28/50
format: 65x 81cm (encadrée)
1971
prix:1 800€
 
LITHOGRAPHIE réhaussée à la feuille d'or posée a la main
Titre: " cavalier"
1982

format encadré: 82,5x 109cm

VENDU

LITHOGRAPHIE signée et numérotée 27/65 

format: 66x 86cm (encadrée)

1970
prix: 1 800€

 

 

Alecos Fassianos est née au pied de l’Acropole dans le quartier de Plaka, le plus ancien et le plus typique de la ville.

Son grand père était pope orthodoxe , son père musicien et sa mère professeur de grec ancien.

 

Fassianos a grandi pendant l’occupation allemande puis sous la guerre civile et la dictature.

En 1956 (il a 21 ans) il entre à l’école des Beaux Arts ou il s’essaye à réaliser des icônes (ce qui explique aujourd’hui encore l’utilisation des feuilles d’or et des couleurs vives dans sa peinture), il étudie également la peinture des vases dont les “figures” qui confrontent des sujets mythologiques ou héroiques qui seront l’une des principales sources des tableaux executés plus tard.

 

En 1960, boursier du gouvernement français, il arrive à Paris pour apprendre la lithographie à l’atelier Clairin aux Beaux Arts.

Pendant 2 ans il fréquentera le tout “Montparnasse” .

A cette époque, il peint des personnages simplifies aux contours enfantins et aux couleurs vives qui trouvent leur inspiration dans l’observation des gens dans  la rue.

 

Fassianos fait ses premières expositions à Athènes puis à Paris en 1967.

Il cherche sa voie .

En 1969, Fassianos rencontre aux Beaux Arts  Jean paul Agosti étudiant comme lui, fils du photographe et marchand d’art Paul Facchetti .

Paul Facchetti qui expose à l’époque Mathieu, Dubuffet et Pollock pour la première fois en Europe, est frappé  par la singularité de cet étudiant.

La concision de son dessin léger et net lui semble étonnante et l’harmonie des couleurs forte et équilibrée.

Il l’expose dans sa galerie en 1970 et édite ses gravures, sérigraphies et lithographies .

Grâce à Paul Facchetti et son épouse Jeanne, couple de découvreurs passionnés, le jeune Fassianos expose à Zurich en Mai 1970 puis à Bruxelles, Dûsseldorf et New York.

 

En 1972 il entre dans la galerie Iolas , devenu l’un des grands marchands de l’époque.

Son exotisme déconcerte et séduit par son originalité et ses personnages insolites.

Sa peinture, comme la poésie grecque, est faite de sobriété et de charme dans la simplicité des moyens.

Fassianos préfére la description des hommes à celle des paysages, des individus banals et des scenes du quotidien interprétées avec humour.

Il raconte des histoires avec le bon sens populaire et ne s’emcombre d’aucun message ni d’aucune ambition esthétique.

 

Entre 1975 et  1995 il exécutera des décors et des costumes pour le theatre, il collaborera avec Sartre, il inspirera Aragon…

Puis il exposera dans le monde entier avec Pierre et Marianne Nahon.

 

Alecos a beau voyager, il est resté très attaché à son pays et à sa ville.

Son pays c’est la Grèce, celle d’Homére et de Nikos Kazantzakis écrivain et philosophe. 

Tout au long de sa carrière,  Fassianos s’est inspiré et appuyé  sur ce passé historique

 

“C’est un destin que d’être Grec” comme  le dit Jeanne Facchetti, “un destin partagé entre l’orgueil et l’ironie, entre la sensualité et l’art”

 

Fassianos vit avec les gens qu’il peint…

Fassianos joue des nudités, des attitudes et des sexes

Ses personnages  sont  des mythes qui selon lui “seuls peuvent liberer l’homme “et mis à la portée de tout un chacun pour raconter des histoires familières et réunir le reel et l’imaginaire pour mieux “enfermer” l’éternité.

 

(textes  inspirés de l’ouvrage sur Fassianos édité par La Difference/P Cabanne et D.T.Analis et du livret écrit par Jeanne Facchetti)

Nos coordonnées :

Must in Provence/ Gallery

6 Place du chateau
84220 GORDES

Téléphone :

+33 (0) 490 72 62 07

Mobile :

+33 (0)611 03 30 42